Volley-ball (Ligue A): Cambrai-Tourcoing, l’affiche inattendue

0

Sandrine Arrestier | Publié le 17/12/2020 Photo Pascal Bonnière – VDNPQR

Le match aller, dominé par le TLM (3-0) en ouverture, ne le laissait pas imaginer : le derby retour, ce vendredi soir, sera un sommet du championnat entre un promu épatant et son grand voisin, qui marque le pas après un énorme début de saison.

« C’est un truc de fou, ce chemin parcouru. On aborde le premier match retour en étant quasiment maintenus ! » Au moment de recevoir le TLM, à égalité de points dans le haut du classement (mais avec deux matchs en plus), Jean-Michel Machut est un président heureux. À l’aller, les Cambrésiens avaient abordé l’affrontement chez le grand voisin avec « un complexe d’infériorité ».

Douze matchs plus tard, les promus n’ont perdu qu’une fois à domicile, remporté plus de la moitié de leurs matchs (7/13), battu le leader, Cannes, sont allés déboulonner Tours, ont pris deux sets à Chaumont… Que du lourd. Malgré l’absence du public, habitué à pousser fort à Vanpoulle, la première saison du club à ce niveau est déjà une réussite. « On ne s’est pas cachés ; maintenant, on se découvre », apprécie leur patron.

La marque de fabrique de Cambrai, plus petit budget de la division : un collectif solidaire qui ne lâche rien. Et joue bien. Pour sa vingtième saison pro, l’ex-passeur international Yannick Bazin se « régale » : « Même si on avait pas mal d’informations sur les recrues (cinq tout de même), on partait avec un gros point d’interrogation. On ne s’attendait pas à en être là. Au premier match, on n’était pas prêts. Depuis, on prend des points quasiment à chaque match. On en veut toujours plus. »

« On va embêter beaucoup de monde, on ne se fixe pas de limites »

La confiance s’est installée, Cambrai joue libéré. « On a beaucoup de jeunes qui ont envie de se montrer, de performer, continue le capitaine cambrésien. Ils sont arrivés dans un pays et un championnat qu’ils ne connaissaient pas. On les a aidés, nous, les plus anciens, ils se sont bien intégrés. Pour avoir joué à l’étranger, ça joue beaucoup dans la perf. On va embêter beaucoup de monde. » Même si l’effectif pas pléthorique pourrait souffrir de l’enchaînement de matchs (huit en vingt-cinq jours).

Tourcoing a bien conscience qu’il n’affrontera pas la même équipe qu’à l’aller. « Sur la forme du moment, c’est Cambrai le favori », avance même le libero Julien Lemay. Si le TLM a pris trois claques à l’extérieur, il a toutefois été un beau leader, plein de talents, avant de caler. « Cambrai, c’est vraiment une équipe, continue Lemay. Nous, quand les choses se compliquent, on n’arrive pas à se remobiliser ensemble. » Question de jeunesse, sans doute.

Yann Lavallez, le manager général tourquennois, savait que ce groupe-là, en outre quasi intégralement renouvelé, aurait des hauts et des bas : « Il est capable de choses incroyables comme de se mettre dans la difficulté tout seul, mais on a toujours su rebondir après une défaite. Il n’y a pas de panique chez nous. » Juste un derby sans peur à savourer.

CAMBRAI (5e, 22 points, 7V – 6D) – TOURCOING (4e, 22 points, 8V – 3D), ce vendredi soir, à 20 h. À huis clos.

Articles récents