Extrait du « Mag du Volley », L’interview de Tinaël Pépin, le volley dans la peau

0

Cambrai volley est un club qui laisse la place aux jeunes. Et cette année encore le staff ne les a pas oubliés : avec une montée en Ligue A leur rôle est d’autant plus important qu’ils sont l’avenir de leurs clubs.

Tinaël Pépin, 21 ans, fait parti des heureux élus à pouvoir partager les entraînements avec nos meilleurs joueurs. Déjà présent dans l’équipe réserve masculine et aux entraînements des pros la saison passée, c’est une belle chance que lui offre Cambrai.

Chez les Pépin, le volley est une grande histoire d’amour : ses 4 frères jouent à bon niveau et certains ont même effectué un passage au club de Cambrai. Tinaël a débuté le volley comme ses frères à Famars, près de Valenciennes. Formé dès son plus jeune âge au volley ball club sarrasin, le garçon occupe d’abord le poste de central jusqu’à Régionale 1. Cela fait 2 ans qu’il évolue à Cambrai en Nationale 1, puis Nationale 2, comme réceptionneur-attaquant.

Le jeune garçon a dû prouver sa valeur et se faire une place dans un tout autre niveau : « Mes années au Cambrai volley ont été riches en apprentissage auprès de Roman mais ce fut aussi compliqué au début. Je me suis retrouvé dans un tout nouveau groupe et avec un niveau d’exigences bien plus important. Je passe de R1 à N1 c’est quand même un tout autre univers ! » Cependant Tinaël est téméraire et prend rapidement du recul sur ce qui lui arrive : « Je me suis dit que je n’avais rien à perdre et que je devais prendre du plaisir tout en apprenant auprès de ce groupe expérimenté. La deuxième saison en N2 m’a permis de m’exprimer davantage et avoir beaucoup plus de temps de jeu sur ce nouveau poste. »

En plus de son poste en nationale 2, Tinaël aura donc le privilège de partager les entraînements collectifs, les séances de musculations et les matchs à domicile avec l’équipe professionnelle. Une grande chance selon lui : « Déjà quand on m’avait proposé la même chose pour la ligue B j’étais tout étonné et content alors pour de la ligue A c’est encore mieux. R1 il y a deux ans, Ligue A maintenant je dis pourquoi pas ? Je n’ai vraiment rien à perdre et juste à profiter un maximum. »

Le jeune homme n’en néglige pas pour autant les études, il prévoit d’être éducateur sportif et devra suivre 3 jours de cours au Creps de Wattignies. Au club, il participe également à la vie interne en encadrant les jeunes.

Articles récents