Tourcoing – Cambrai, la fête des voisins

0

Sandrine Arrestier | 01/10/2020

Le tout premier derby de Ligue A entre le TLM et le promu ouvrira la saison, ce vendredi soir (20 h), devant les caméras de Sport en France. Aucune rivalité naissante, hors terrain, entre deux clubs à l’entente cordiale, mais, au contraire, l’envie commune de mettre le volley nordiste en lumière.

La soirée devrait être belle. Hormis une jauge limitée à 1 000 personnes et l’absence de buvettes, tous les éléments sont réunis pour. La Ligue nationale a choisi de poser les caméras de Sport en France à Léo-Lagrange, ce vendredi, et c’est tout sauf un hasard. « Un promu, un derby, le choix s’imposait, estime le président de la LNV, Alain Griguer. C’est une très belle entrée en matière. »

Des derbys, ces deux-là en ont joué quatre en Ligue B (trois victoires pour le TLM). Mais après seize années à se roder, apprendre, construire, en Ligue B, Cambrai, seule équipe pro de la ville, va jouer le tout premier match de son histoire en Ligue A. Cela valait bien la télé.

Pronostic risqué

Le TLM est autrement installé à ce haut niveau où il aborde sa 23e saison, malgré deux passages en Ligue B (2013-14 et 2015-17). Vainqueur de la Coupe en 2018, il a aussi trois finales à son actif, dans ses grandes heures, lors de la première décennie de ce siècle (2001, 2002, 2009).

Le promu (et plus petit budget de la division) ne se fera pourtant pas tout petit sur le parquet du voisin. La préparation perturbée par le Covid-19 (dix-huit cas au total et dix jours d’arrêt pour le TLM, qui n’a joué que deux des neuf matchs amicaux programmés), les aléas sportifs (le pointu Sasa Starovic arrivé tardivement) ou logistiques (parquet à peine posé abîmé à Cambrai) rendent le pronostic risqué. D’autant que si Cambrai mise sur la stabilité, Tourcoing a été profondément remanié, coach compris.

« Si on peut gagner, on ne va pas se priver, mais ce sera une concurrence saine, indique Jean-Michel Machut, cheville ouvrière cambrésienne. On vient de tellement loin que c’est une fierté de pouvoir défier le TLM en Ligue A. On était habitués à aller voir des matchs, on recevait régulièrement des invitations, il y a une très bonne entente. » Entre gens qui se connaissent bien et échangent régulièrement, pas question de jouer à la bagarre.

« Bâtir une filière régionale forte »

Paul Villard, réceptionneur-attaquant cambrésien depuis cinq ans, a été formé au TLM. Yann Lavallez, le manager général tourquennois, a été capitaine de Cambrai (2005-2006) et le président Pascal Lahousse est, lui, un pur Cambrésien : « J’ai joué à Cambrai toute ma jeunesse, mon épouse aussi, c’est un club de cœur. » « On est comme deux frères, enchaîne son homologue. Pendant le match, le sport prend le dessus, puis on se fait la bise ; enfin, en temps normal. »….

Laisser une réponse

Articles récents