TROISIÈME À MI-PARCOURS, LE CVEC A BIEN NÉGOCIÉ UNE PHASE ALLER ULTRA-CONCURRENTIELLE

0

Olivier Delsaux (Clp) | 20/12/2019 Photo C. LEFEBVRE – VDN

Dans un championnat aussi dense qu’indécis, le CVEC a su oublier son mauvais départ pour se faire une place sur le podium à mi-parcours.

On ne cesse de le répéter, mais cette saison 2019-2020 de Ligue B est vraiment celle où tout peut arriver. On se doutait bien qu’en l’absence d’ogres descendus de Ligue A et de promus d’Élite parfois encore un peu tendres, le niveau serait on ne peut plus homogène. On ne s’était pas trompé. Les ambitieux, qui se disent que c’est peut-être l’année ou jamais, sont légion et les bizuths de l’an passé se sont tous bien renforcés pour rivaliser. Et c’est vraiment une lapalissade d’affirmer que tout le monde peut battre tout le monde. La preuve nous en a été apportée lors de la dernière journée avec le succès 3-2 de France Avenir 2024, dernier, face à Saint-Nazaire, alors deuxième.
Des Cambrésiens rassurants
Dans ce contexte ultra-concurrentiel, on peut dire que le CVEC s’en est très bien sorti lors de la phase aller achevée à la troisième place. Ses deux défaites initiales à Saint-Nazaire (3-0) puis contre Martigues (3-1) avaient fait naître un peu d’inquiétude. Mais ce n’était qu’un léger retard à l’allumage et depuis, les Cambrésiens ont rassuré tout le monde en remportant 3-0 ou 3-1 six des sept matchs suivants, seul le derby à Saint-Quentin lui ayant échappé, et encore de très peu.
« Ce qui m’importe, c’est la montée en puissance de l’équipe qui a trouvé des repères et de la fluidité. Les play-off sont encore loin »
« On est parti de zéro après deux matchs, commente Gabriel Denys, l’entraîneur. Sur la suite, on fait 19 sur 21 en ne concédant plus qu’une seule défaite 3-2 à Saint-Quentin, qui est sur une très bonne dynamique. C’est très satisfaisant et c’est agréable de finir la première partie de championnat à ce niveau. …

Laisser une réponse

Articles récents