LIGUE B CAMBRAI ATTENDU AU TOURNANT À SAINT-NAZAIRE

0

Après la sévère défaite face à Martigues, qui a mis fin à une prodigieuse série de neuf victoires, on va pouvoir juger de la capacité de réaction du CVEC lors d’un match à Saint-Nazaire qui s’annonce tout aussi compliqué.

Attendus au tournant, les Cambrésiens le seront à plusieurs titres ce samedi soir. Par tous ceux qui les suivent et les soutiennent tout d’abord et qui ont été peinés par la prestation pour une fois bien moins aboutie de leur équipe. Difficile de repasser aux œufs de lump quand on a été habitué au caviar. Par l’adversaire ensuite qui n’a certainement pas digéré le cinglant revers de l’aller (25-18, 25-19, 25-22) et qui, outre le désir de revanche, va voir dans cet affrontement l’occasion de se rapprocher à deux petites longueurs de Cambrai.

Car tout va très vite dans ce championnat. Avec cinq points d’avance sur Martigues et huit sur Saint-Nazaire avant de les affronter coup sur coup, on aurait pu penser naïvement que le CVEC allait pouvoir conforter son fauteuil de dauphin en cas de prolongation de son invincibilité. Mais dès ce soir, si cela devait mal se passer (défaite 3-1 ou 3-0), les Martégaux pourraient repasser devant s’ils font le plein contre Saint-Quentin. Et à sept journées de la fin, on pourrait retrouver ces trois équipes à la lutte pour la deuxième place en trois points.

« C’EST LA MANIÈRE QUI COMPTERA »

Mais on n’en est pas encore là. Et si les Nazairiens veulent que ce scénario se réalise, il va leur falloir aller le chercher. Car après la claque reçue à Vanpoulle, on imagine mal les Cambrésiens, victimes d’un jour sans comme ça peut arriver à tout le monde, tendre la deuxième joue.

« La défaite n’a pas entamé notre moral, indique Gabriel Denys, l’entraîneur cévéiste. On s’attendait à être bousculé dans ce championnat homogène. On travaille pour que ce soit le moins souvent possible. Il faut savoir l’accepter, le digérer et, surtout, rebondir. Plus que le résultat à Saint-Nazaire, c’est la manière qui comptera. On essaiera de faire en sorte de réagir, même si c’est plus facile à dire qu’à faire. »

Laisser une réponse

Articles récents