LIGUE B LE CVEC REPART AU COMBAT APRÈS UNE DEMI-SAISON EXCEPTIONNELLE

0

Auteur d’une première partie de saison hors normes, Cambrai Volley attaque la phase retour et l’année 2019 par la réception, ce samedi à Vanpoulle, de Illac, qui lui a posé quelques problèmes à l’aller.

Il faut croire que le CVEC aime repousser ses limites année après année. Quatrième en 2017 puis troisième en 2018, il est très bien parti pour faire encore mieux cette saison. C’est en tout cas le chemin qu’il prend après une phase aller comme il n’en avait jamais connu : une seule défaite face à Martigues, le troisième, pour dix victoires, dont une retentissante face à Paris, le grandissime favori à la montée. Et vingt-six points engrangés sur les trente-trois mis en jeu ! Difficile d’en demander plus. Tout juste pourrait-on reprocher aux Cambrésiens de ne pas avoir conclu plus vite certains matchs (3-2 contre Avignon, Mende et le Plessis-Robinson). Mais là, ce serait vraiment chercher des poux sur le crâne d’un chauve. Et même si on en est encore loin et si les play-off marqueront le début d’une autre compétition, la perspective de jouer une finale prend de plus en plus corps.

« IL N’Y AURA RIEN DE FACILE »

Maintenant, ce rythme, il va falloir le tenir. Car si l’avance sur les plus dangereux poursuivants est très intéressante à mi-parcours (+4 sur Martigues et + 5 sur Saint-Nazaire), elle peut aussi fondre comme neige au soleil. Pour aller au bout de ses rêves, Cambrai ne devra rien lâcher, à commencer par la réception de Illac. Un promu qui, en dépit de la grande expérience de la plupart de ses joueurs, a eu un peu de mal à se mettre au rythme de la Pro B en perdant six de ses sept premières rencontres. Mais depuis, les Girondins, vainqueurs de trois de leurs derniers matchs, semblent avoir trouvé le déclic. Ils seront donc à respecter tout comme à l’aller où le CVEC avait galéré trois sets (24-26, 25-21, 24-26) avant de dérouler (17-25).

« On ne se rend pas assez compte de ce qu’on a fait depuis le début, estime Gabriel Denys, l’entraîneur cambrésien. Et si on réussit la même chose au retour, ce serait plus qu’exceptionnel. Mais on va essayer de le faire car on est des compétiteurs. Face à Illac, il n’y aura rien de facile dans une période dont je me méfie et il va falloir vite retrouver le rythme et les automatismes. »

Laisser une réponse

Articles récents